L’expansion du nouveau coronavirus

Le SARS-CoV-2 a causé ____ décès et plus de _____ infections confirmées dans le monde. L’Italie est devenue le deuxième pays comptant le plus de cas, derrière la Chine

Avertissement

  • Nous pouvons difficilement maintenir à jour les chiffres détaillés pour la Suisse en raison de l'incapacité de l'OFSP à fournir des données fiables et actualisées.
  • La disponibilité des données, leur degré de précision et leur fiabilité varie de pays en pays.
  • Les cas confirmés ne correspondent qu’à une portion des cas réels. Selon les pays, le suivi du nombre de guérisons est très lacunaire.
Situation dans le monde

Données compilées le 11 mars à 0h50

_____
cas confirmés cumulés
___
cas encore existants
___
guérisons
___
décès
Evolution en Suisse depuis le 6 mars

Les décès par cantons ne sont pas indiqués en raison d’incertitudes sur ces données (86 décès le 24 mars à 12h15 selon l’OFSP, qui ne détaille pas les totaux par canton, contre 123 selon corona-data.ch et 124 selon Tamedia, qui compilent des données cantonales).

Survoler/toucher un canton pour plus d’informations.

Note: les données cantonales manquantes sont substituées par celles du jour précédent. Elles sont indiquées par des cercles oranges lorsque l’option «valeurs absolues» est cochée. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) fournit des rapports quotidiens en PDF, mais ne publie pas les données brutes. Les tests systématiques ont été interrompus le 15 mars. Cette infographie est mise à jour grâce aux compilations de tweets de l’OFSP et de pages d’information cantonales par l’informaticien Daniel Probst.
Source: corona-data.ch, cantons suisses. Population dans les cantons: chiffres définitifs 2018 de l’OFS
Les dix cantons suisses comptant le plus de cas par habitant

Le Tessin, Genève et Vaud sont les cantons qui comptaient le plus de cas confirmés pour 100 000 habitants le dimanche 29 mars. Ce graphique est actualisé lorsque des données complètes par canton le permettent.

Source: corona-data.ch, cantons suisses. Population dans les cantons: chiffres définitifs 2018 de l’OFS
La Suisse est devenue le premier pays en taux de cas confirmés

En nombre d’infections confirmées pour un million d’habitant, la Suisse a dépassé l’Italie, à en croire les données compilées par Johns-Hopkins que nous avons retraitées et divisées par la population mondiale. En décès par million d’habitants, la Suisse serait en 6e position, bien que l’épidémie n’ait atteint le pays que le 25 février (contre le 31 janvier pour l’Italie).

La fiabilité des données et l’étendue des tests varie cependant de pays en pays. En Suisse, l’OFSP peine à tenir ses chiffres à jour et s’est parfois résolu à estimer le nombre de cas en pesant des piles de formulaires sur une balance, selon le média alémanique Republik. Le nombre de cas et de décès serait supérieur en cumulant les données cantonales, comme le fait corona-data.ch.

Ecarté de ce graphique parce qu’il ne comptait que 600 000 habitants en 2018, le Luxembourg serait encore au-dessus avec 1808 cas par million d’habitants.

Date: mercredi 11 mars 2020

Cas confirmés cumulés (sans prise en compte des guérisons) de Covid-19 pour un million d’habitants. Seuls les pays comptant plus d’un million d’habitants et plus de 100 cas confirmés sont pris en compte.
Source: Université Johns-Hopkins, population 2018 selon la Banque mondiale, données retraitées par Le Temps

Le Covid-19 en cinq questions

  • L’épidémie est provoquée par un virus de la famille des coronavirus, ou virus à couronne, du nom de l’aspect de ces agents pathogènes: une boule hérissée de spicules formant une couronne.

    Il existe plusieurs coronavirus. Celui dont il est question en ce moment, un temps nommé nCoV-2019 pour «nouveau coronavirus de 2019», s’appelle désormais officiellement le SARS-CoV-2, pour «coronavirus responsable du syndrome respiratoire aigu sévère 2».

    La maladie qu’il provoque est quant à elle nommée le Covid-19, pour «maladie du coronavirus de 2019».

    Sur ce sujet: Le coronavirus a un nouveau nom et il n’est pas terrible

  • Selon la version officielle, tout serait parti en décembre 2019 d’animaux vivants vendus sur le marché de Wuhan en Chine et qui auraient transmis le virus à l’homme. Les coronavirus sont des virus dits zoonotiques, à savoir que leurs réservoirs naturels sont des animaux, souvent la chauve-souris. Généralement, le passage vers l’être humain se fait via un autre animal, appelé hôte intermédiaire: la civette masquée pour le SRAS et le dromadaire pour le MERS, deux épidémies provoquées par des coronavirus.

    Cet animal intermédiaire pourrait être le pangolin, d’après une étude chinoise. Après avoir testé plus de 1000 échantillons provenant d’animaux sauvages, les scientifiques ont déterminé que les génomes de séquences de virus prélevés sur les pangolins étaient à 99% identiques à ceux trouvés sur des patients atteints du nouveau coronavirus, selon l’agence étatique Chine nouvelle. Mais ces résultats demandent confirmation.

    Sur ce sujet: Les chauve-souris chinoises, fabriques à coronavirus

  • Les cas de maladies liés au SARS-CoV-2 peuvent évoluer très différemment et s’accompagner de légers symptômes comme de plus graves nécessitant une hospitalisation chez les sujets souffrant de maladies chroniques ou particulièrement sensibles.

    Mais les deux symptômes les plus fréquents sont la fièvre (plus de 38 °C) et une toux sèche pouvant s’accompagner parfois de maux de gorge. D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ une personne infectée sur six devient gravement malade et développe des symptômes plus inquiétants de difficultés respiratoires. Dans ce cas, il convient d’appeler son médecin par téléphone, mais pas de se rendre chez lui ni à l’hôpital sans y être invité.

    Sur ce sujet: Coronavirus: un test en ligne pour connaître votre risque

  • Commençons par ce que vous ne devez surtout pas faire: aller directement chez le médecin, à l’hôpital sans y avoir été invité: c’est le meilleur moyen pour infecter un grand nombre de personnes, sujets vulnérables et personnels soignants compris.

    Ceci étant dit, vous pouvez consulter la plateforme Coronacheck, première étape utile pour se faire une idée de son état.

    En cas d’apparition des symptômes évoqués ci-dessus, vous pouvez appeler la ligne spécialement mise en place par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP): le 058 463 00 00, accessible 24 heures sur 24. Mieux vaut éviter d’appeler directement son médecin, dit l’OFSP.

    Sur ce sujet: La fiche auto-isolation de l’OFSP vous dira tout

  • Le virus ne se propage pas seul: ce sont les personnes qui le propagent. Les scientifiques ont encore beaucoup à apprendre à ce sujet, mais ils semblent s’accorder sur le fait que le SARS-CoV-2 se transmet par les sécrétions de personne à personne (postillons, toux, etc.) et non par l’air, comme si un nuage de virus pouvait se propager sur de longues distances.

    Il subsiste quelques doutes sur la capacité du coronavirus à être transmis via des surfaces infectées – ce qu’on appelle des fomites. De récents travaux en attente de publication ont établi que le SARS-CoV-2 pouvait perdurer plusieurs jours sur du plastique ou de l’acier inoxydable. Une telle infection «peut être possible», évoque le site des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), si l’on touche une telle surface et qu’on porte ses mains au visage ensuite. Mais ce n’est vraisemblablement pas la principale voie de transmission.

    Sur ce sujet: Le coronavirus, plus plastique que carton

Evolution dans le monde du 22 janvier au 22 mars

Survoler/toucher un cercle pour plus d’informations.

Note: malgré nos efforts pour les éliminer, des erreurs dans nos sources de données peuvent subsister, en particulier dès le 13 mars.
La taille maximale des cercles a été réduite le 23 mars pour limiter les chevauchements. Entre le 9 et le 10 mars, Johns-Hopkins a changé le niveau de détail de ses données pour les Etats-Unis, passant des comtés aux états. Des données au niveau des circonscriptions sont affichées pour les pays suivants: Etats-Unis, Chine, Australie, Canada, Royaume-Uni, Danemark. Source: compilation du CSSE de l’Université Johns-Hopkins, mise à jour le et retraitée par Le Temps.
Nouvelles guérisons et infections

Après une accalmie, on compte à nouveau plus de nouvelles infections confirmées que de guérisons depuis le 5 mars.

Flambée en Europe

En cas existants (déduction faite des guérisons et décès), l’Allemagne, les Etats-Unis et l’Italie dépassent désormais la Chine.